Alfred Espinas et l’observation

Alfred Espinas est un philosophe qui a enseigné à l’Université de Bordeaux. Reçu 1er à l’agrégation de philosophie après être passé par Normale Supérieure, il a soutenu deux thèses l’une sur Platon, l’autre une étude de psychologie comparée sur les sociétés animales. Il est très influencé par la pensée d’Auguste Comte et également celle d’Herbert Spencer dont il a traduit les principes de physiologie.

Principes de psychologie (1855), traduit de l’anglais par Théodule Ribot et Alfred Espinas, Paris, Éd. Germer Baillière, coll. «Bibliothèque de philosophie contemporaine», 1873.

En 1917, Madame Goué, Directrice d’Ecole Normale et Monsieur Goué, Inspecteur primaire publient un livre chez Nathan qui s’intitule Comment faire observer nos élèves soulignent :

Les exercices d’observation doivent aboutir à des idées générales. Les exercices d’observation ne sont donc pas à eux-mêmes leur fin; la notation des faits même minutieuse, leur accumulation, ne sauraient suffire à l’esprit qui, de son activité propre, rapproche, compare et classe. certes, l’observation, nous l’avons vu, à une importance capitale; c’est elle qui fournit à la science ses matériaux. “On fait la science avec les faits comme une maison avec les pierres”, dit M. Poincaré. Il faut d’abord des pierres et en quantité d’autant plus grande que la maison doit être plus vaste et plus haute. “mais, ajoute-t-il, une accumulation de faits n’est pas plus une science qu’un tas de pierres n’est une maison” (Henri Poincaré, Science et hypothèse). On ne se bornera donc pas à l’observation pure et simple. Lorsque les faits rassemblés sont suffisamment nombreux, il est indispensable de les ordonner, de les classer, de les condenser autour d’une même idée; en un mot de s’élever jusqu’aux généralisations. Ainsi de l’étude de la marguerite, du bleuet, du pissenlit, on tirera les caractères communs de toutes les composées.

Observation, comparaison, généralisation, sont les trois stades de la marche de l’esprit qui préparent aux explications et aux hypothèses scientifiques. Elles se retrouvent dans les questions de cet ouvrage. L’observation des faits y tient, comme il convient, la plus grande place; et, parmi ces faits, ceux qui ont trait à la vie entière d’une plante ou d’un animal ont une particulière importance; car la connaissance d’un être vivant ne s’acquiert pas simplemeny par la constation d’un de ses aspects à un moment donné. Il est nécessaire de le suivre dans son développement; or ce développement a lieu dans le temps, d’où la nécessité d’en observe les phases à plusieurs moments de la durée. C’est pourquoi, pendant l’année, on retrouve presque chaque mois des questions portant sur le même objet; par exemple, le pissenlit dont on examine successivement la racine, les feuilles, la fleur, le fruit; les chenilles, les papillons, les araignées, les fourmis dont on suit les manifestations successives.”

Madame et Monsieur Goué, Comment faire observer nos élèves. Principes-Guide-Indications pratiques-Marche à suivre-3389 Questions, Paris, Fernand Nathan, 1917, p. 30-31.

Rousseau et les Ecoles Normales du Sud-Ouest Aquitain

Rousseau aime beaucoup herboriser et tout ce qui concerne la botanique. La découverte et la comparaison des plantes lors de sorties à la campagne contribuent au développement des sens.

C’est dans l’Émile que Jean-Jacques Rousseau porte une attention particulière aux sens qui se trouvent être la base de l’éducation. Il constate : « Comme tout ce qui rentre dans l’entendement humain y vient par les sens, la première raison de l’homme est une raison sensitive ; c’est elle qui sert de base à la raison intellectuelle : nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux. Substituer des livres à tout cela, ce n’est pas nous apprendre à raisonner, c’est nous apprendre à nous servir de la raison d’autrui ; c’est nous apprendre à beaucoup croire, et à ne jamais rien savoir.

Pour exercer un art, il faut commencer par s’en procurer les instruments, et, pour pouvoir employer utilement ces instruments, il faut les faire assez solides pour résister à leur usage. Pour apprendre à penser, il faut donc exercer nos membres, nos sens, nos organes qui sont les instruments de notre intelligence ; et pour tirer tout le parti possible de ces instruments, il faut que le corps qui les fournit, soit robuste et sain ». (Rousseau, 1762/2009, p. 176)

Dans cet extrait, les sens, véritables « instruments de l’intelligence » sont à la fois des auxiliaires indispensables à la construction humaine et des moyens conduisant à l’apprentissage de la pensée. C’est en effet par le toucher, la vue, ouïe, l’odorat que l’enfant construit un lien privilégié avec le monde extérieur. À travers ces remarques, Rousseau n’est pas le premier, ni le dernier, à s’intéresser au sensible. Pour Locke (1632-1704) par exemple, il y aurait deux catégories « d’idées » : celles qui relèvent de la sensation et celles qui dépendent de la réflexion. Cependant, les philosophes du XVIIIe siècle vont plus loin, ils dépassent l’empirisme de Locke pour construire une véritable théorie de la connaissance que le baron de Gérando a dénommée, au début du XIXe siècle, « sensualisme ». Cette philosophie repose alors sur deux traités, le Traité des sensations de Condillac, publié en 1754 et l’ouvrage d’Helvetius, De l’esprit, paru en 1758. Ont-ils servi de guide à Rousseau ? Ils montrent en tout cas, avec la parution en 1760 de l’Essai analytique sur les facultés de l’âme de Charles Bonnet, la prédisposition d’un environnement à s’ouvrir aux sens et à en faire un moyen de formation de l’enfant et de l’adolescent. Dans la pratique pédagogique, les sensations permettent de passer « des idées sensitives » pour aboutir aux « idées intellectuelles ». Rousseau trace la voie que beaucoup d’auteurs de plans d’éducation ont suivie, en particulier à la veille et pendant la Révolution. (Marguerite Figeac-Monthus, Les enfants de l’Émile ? L’effervescence éducative de la rance au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, Berne, Peter Lang, p152-153)

Le maître d’école

[Spécial centenaire du Musée pédagogique au CNDP] / [Patrick Bourrat, présent.] | Gallica (bnf.fr)

En 1979, à l’occcasion du centenaire du musée acolaire, le centre National de Documentation Pédagogique (CNDP) propose une émission intitulée : Les 24 jeudis. Ici, est proposé la reconstitution d’une classe telle qu’elle pouvait être il y a 100 ans (leçon de choses, la morale, le calcul). Cette reconstitution est suivie d’un entretien entre Danièle Lévy qui s’occupe dans cette émission, d’une rubrique, Les enfants et nous, et un des spécialistes français d’histoire de l’éducation, l’historien Antoine Prost.

Atelier de réflexion : Faire parler les objets pédagogiques. L’exemple des herbiers

L’atelier aura lieu le 28 septembre 2022 au Campus Victoire, (Université de Bordeaux), de 9h00 à 18h00.

Il sera possible d’assister à l’atelier en distanciel sur la plateforme zoom.

Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le programme ci-dessous.

Pauline Kergomard et la petite enfance

Pauline Kergomard est née à Bordeaux en 1838 dans un milieu de la petite bourgeoisie protestante. Son père est instituteur et sa mère libraire. Mais ses parents divorcent alors qu’elle est enfant, comme elle ne s’entend pas avec sa belle-mère, elle passe son adolescence chez son oncle, Jacques Reclus, pasteur à Orthez. Elle suit l’enseignement de sa tante qui dirige une école où l’on met en pratique les idées de Rousseau. Elle rentre au cours normal d’institutrices de la Gironde et devient institutrice à 18 ans. Mais, elle décide de ne pas exercer préférant assurer des cours privés. En 1861 elle s’installe à Paris où elle fréquente les milieux républicains. Elle y rencontre Jules Duplessis-Kergomard qu’elle épouse en 1863. Très proche de Jules Steeg, elle passe le concours de l’Inspection primaire qu’elle réussit en 1879. En 1881 Jules Ferry la nomme au poste d’inspectrice générale des écoles maternelles qu’il vient de créer, poste central qu’elle occupe jusqu’à sa retraite. Pauline Kergomard se bat avec Ferdinand Buisson pour transformer les salles d’asile alors fréquentées par les enfants les plus pauvres. Influencée par les idées de Marie Pape-Carpentier, elle est à l’origine du passage des établissements charitables aux écoles maternelles. Elle cherche à mettre en place dans les écoles maternelles une pédagogie spécifique tenant compte des étapes du développement de l’enfant. Elle y introduit le jeu et le développement de la lecture, de l’écriture et du calcul dès l’âge de 5 ans.

Ferdinand Buisson et la pédagogie de la République

Qui est Ferdinand Buisson ?

Ferdinand Buisson est né en 1841 à Paris dans une famille protestante. Philosophe et pédagogue, il fut directeur de l’Enseignement primaire en France de 1879 à 1896 et a été cofondateur en 1898 de la ligue des droits de l’homme qu’il présida de 1914 à 1926. Favorable à une défense de l’enseignement laïque et se situe dans la mouvance du protestantisme libéral. En1890, il enseigne à la Sorbonne en tant que professeur de pédagogie, il soutient sa thèse en 1891 et se retrouve en 1896 professeur en sciences de l’éducation. En tant que député de 1902 à 1906 il défend le développement de l’enseignement professionnel et le droit de vote des femmes. En 1905 il préside la commission parlementaire chargée de rédiger le texte de loi de séparation des Églises et de l’État.

Son œuvre principale est le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire qu’il dirige chez Hachette et dont les différents tomes paraitront entre 1882 et 1887. Pour réaliser ce dictionnaire il s’entoure de plus de 350 collaborateurs tous spécialistes des questions abordées.

Une version abrégée de ce dictionnaire sous le titre de Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire parait en 1911. Quelle que soit la version toutes sont achetées par les Écoles Normales d’instituteurs et d’institutrices du Sud-Ouest aquitain.

Articles de la version de 1911 :  http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/document.php?id=3295

De l’observation au dessin

Matthieu Leclerc du Sablon

Après avoir été élève à l’École Normale Supérieure, il obtient l’agrégation en 1882. Puis, il se retrouve en 1889 chargé de cours en botanique à la faculté de sciences de Toulouse. Deux ans plus tard, il y devient Professeur des universités et y occupa ce poste pendant trente ans. Sa grande connaissance des plantes s’exprime dans le Cours de Botanique rédigé en collaboration avec Gaston Bonnier, son beau-frère et ancien collègue. Si la première partie de l’ouvrage fut publiée en 1901, l’ensemble ne fut réellement achevé qu’en1933, date à laquelle, après la mort de Gaston Bonnier, Matthieu Leclerc du Sablon ajouta une mise au point sur la physiologie végétale (science biologique qui étudie les processus vitaux des plantes).

Voir sur BabordNum : https://www.babordnum.fr/items/show/73

L’importance de la vulgarisation scientifique

Le spectacle de la nature de l’abbé Pluche, parut en 1732, fut composé de 8 volumes réédités plusieurs fois, mais, à cette époque, seuls les amateurs éclairés et bien souvent fortunés pouvaient acheter et lire de tels ouvrages. Si au XVIIIe siècle, la science est l’affaire d’une élite, il n’en est plus de même au XIXe siècle où en l’espace de 50 ans, jusqu’au Second Empire on serait passé des connaissances utiles mais restreintes à une science en train de s’émanciper grâce à la production de toute une littérature de vulgarisation. « Les cours » et les productions scolaires comme les « manuels » contribuèrent à cette vulgarisation qui prit appui sur des maisons d’édition comme Hachette, Larousse, Armand Colin ou Flammarion.

Pour  en savoir plus : https://www.persee.fr/doc/reso_0751-7971_1993_num_11_58_2304  

Voir fiche du CTHS : CTHS – LECLERC DU SABLON Albert Mathieu

 

Quand Pau était un grand village

Roger Lapassade

Roger Lapassade est né en 1912 à Aussevielle en Béarn. Elevé par sa grand-mère il entend le béarnais dans son village natal tout au long de son enfance. Il part ensuite faire ses études à Pau pour devenir instituteur. Il a enseigné la plus grande partie de sa carrière à Orthez, dans le premier puis le second degré. Prisonnier pendant la guerre de 39-45, c’est dans un stalag qu’il se réapproprie sa langue au contact d’autres occitanophones. Il commence au retour à écrire en Occitan. Dès 1960, il fonde l’association Per Noste (qui se consacre  essentiellement à l’édition et la diffusion d’œuvres en occitan).

Continuer la lecture de Quand Pau était un grand village

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search